Accueil > Personnels ATSS/ITRF > PERSONNELS DE LABORATOIRE DES EPLE

PERSONNELS DE LABORATOIRE DES EPLE

27 septembre 2017

Depuis août 2011, le corps des personnels techniques de laboratoire de l’Éducation Nationale a été fusionné avec les corps des ITARF (Ingénieurs, Technicien, Adjoint Recherche et Formation) du ministère de l’Enseignement supérieur.
Désormais, ces personnels sont des Adjoints et des techniciens Recherche et Formation dans l’Enseignement scolaire et universitaire.
Ils sont répartis en deux corps :
- le corps des adjoints techniques de laboratoire, corps de catégorie C
- le corps des techniciens de laboratoire, corps de catégorie B.
Ils peuvent prétendre à la catégorie A soumis à une mobilité dans le supérieur (assistant-e ingénieur-e).
Ces personnels techniques travaillent en synergie avec les professeurs des matières scientifiques et les élèves et étudiant-e-s au cours des différentes séances de travaux pratiques dans les établissements du secondaire.
Ils sont ainsi membre à part entière de la communauté éducative et pédagogique.
Ils s’inscrivent donc dans le cadre de la coopération pédagogique en participant activement à la mise en place des nouveaux programmes et à l’élaboration des séances de TP, à la mise en sécurité des lieux et des personnes pendant et après les différentes activités
Ils doivent partticiper aux conseils d’enseignements sur leur temps de travail.
Leurs missions sont inscrites dans le code de l’Éducation.
La CGT Éduc’action revendique le retour des personnels de laboratoire au sein du ministère de l’Éducation Nationale avec la création d’un corps rénové comprenant trois corps :
- adjoint-e-s techniques de laboratoire recrutement niveau V
- technicien-ne-s de laboratoire recrutement niveau IV
- assistant-e-s ingénieur-e-s de laboratoire recrutement niveau III

.
Dans l’immédiat, la CGT Éduc’action revendique :
-  le reclassement des ATRF 1ère classe (échelle 4) dans le grade ATRF Principal 2ème classe (échelle 5),
-  une égalité de traitement entre les personnels exerçant en EPLE et ceux exerçant dans le supérieur,
- l’arrêt des suppressions de postes souvent systématiques dans les collèges et la recréation des postes supprimés,
- la création et le maintien des personnels dans les établissements scolaires, lycées généraux, technologiques,
- des créations de postes dans les lycées professionnels et sections d’enseignement professionnel avec au minimum un personnel de laboratoire par établissement,
- un poste de personnel de laboratoire pour 50 h d’enseignement scientifique,
- 35 h de travail hebdomadaires sur 36 semaines.

Mutation/Mouvement
Depuis la rentrée 2011, les personnels de laboratoire se sont vus dépouillés de leur droit à la mutation.
Dans le corps des ITRF, il n’existe pas de droit à mutation, mais la "mobilité".
Chacun peut postuler pour un poste vacant, celui-ci est attribué sur entretien, sans aucun barème !
Depuis la rentrée 2012, les technicien-ne-s et les adjoint-e-s techniques de laboratoire ne peuvent plus bénéficier d’un système de mutation sur barème.
La CGT Éduc’action demande que l’affectation sur poste soit conforme à la spécialité de recrutement (Branche d’Activité Professionnelle A ou B) et que chaque personnel puisse participer à un mouvement à gestion déconcentrée, prenant en compte, comme le prévoit le statut de la Fonction publique, des critères tels que :
- le rapprochement de conjoint,
- le nombre d’enfant,
- l’éloignement et le nombre d’années de séparation le cas échéant,
- chaque poste vacant soit publié par les rectorats dans les temps et visible par tous les personnels,
- les règles pour les mutations soient harmonisées entre collègues exerçant en EPLE et collègues exerçant dans le supérieur.

Concernant plus particulièrement les TRF et assistant-e-s ingénieur-e-s, la CGT Éduc’action réclame la possibilité de pouvoir exercer dans tous les EPLE.